Nous contacter 02 56 07 97 00 ( Numéro non surtaxé )

Micro-algues. La réponse de LLDC Algae

 

Article publié sur Le Télégramme, le 14 juin 2014


LDC Algae répond aux remarques déposées par Eau et Rivières, sur les zones humides, le Plu de la commune et sur le stockage géothermique, concernant l’aménagement de la ferme de micro-algues en projet. L’entreprise considère qu’il n’y a pas de raison de faire de nouvelles expertises.

L’association Eau et Rivières a déposé quelques interrogations auprès du commissaire enquêteur, sur le projet d’installation de la ferme de micro-algues LDC Algae, à la Lande-du-Cran (voir notre édition du samedi 7 juin). René-Jean Guillard, porteur du projet, répond aux remarques émises, dans un communiqué. En préambule, il regrette la démarche de Gilles Huet, délégué général d’Eau et Rivières, qui n’a pas répondu à sa demande de dialogue, déposée il y a six mois.

Zones humides : « pas la même définition »

« Par notre métier de jardinier de micro-algues, nous comprenons naturellement toute l’importance des zones humides dans notre environnement. C’est pourquoi nous avons missionné Althis, un bureau d’études indépendant, pour évaluer l’impact sur l’environnement du projet LDC Algae.
Ce cabinet breton, établi depuis de nombreuses années, élabore des diagnostics écologiques pour des entreprises privées comme pour des collectivités publiques. Il est également spécialisé dans la réalisation d’inventaires de zones humides dans le cadre de Plu (Plan local d’urbanisme) et de tous projets d’aménagements (routes, zones d’activités, infrastructures). La définition de la zone humide sur laquelle il s’appuie est la même que celle du Sage Vilaine (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) ou celle d’Eau France, un portail national de documents techniques sur l’eau mis en place par l’Onema. Mais il semble que cette définition partagée ne soit pas celle de M. Huet… Voilà pourquoi il ne parvient pas à la même superficie de zones humides sur la Lande du Cran que celle établie par Althis. »

« Un Plu qui n’a pas anticipé les algues »

« Le Plu autorise l’implantation d’exploitations agricoles et LDC Algae est une ferme de production végétale sous serre, les micro-algues. Il ne faut pas s’étonner de ne pas trouver mention de la culture des micro-algues dans le document qui planifie l’urbanisme de la commune… Mais comment reprocher aux élus chargés du Plu de ne pas avoir anticipé une culture aussi jeune et en plein essor ? Nous sommes des pionniers dans notre domaine. » Eau et rivières affichait aussi ses craintes autour du système de stockage géothermique, pour les eaux de surface. « Le système géothermique est un système confiné parfaitement étanche. Tout comme le reste de l’ensemble de l’installation d’ailleurs », répond René-Jean Guillard.

« Les expertises ont été menées »

« Le point de vue de M. Huet se focalise sur la seule question de l’eau. Mais sur ce point précis comme sur les autres, LDC Algae est en mesure d’apporter des réponses claires et des engagements fermes… Les expertises nécessaires au respect de l’environnement ont été déjà menées et de nouvelles expertises n’auraient pour utilité que de retarder l’avancée du projet sans apporter d’information nouvelle. Nous espérons donc que nos arguments seront entendus comme ils l’ont été depuis maintenant deux ans et demi que ce projet est lancé. »

 

Lien article original